Gaspard, entre terre et ciel par Benoit Clermont

Gaspard, entre terre et ciel

Titre de livre: Gaspard, entre terre et ciel

Éditeur: Editions du Cerf

Auteur: Benoit Clermont


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Gaspard, entre terre et ciel.pdf - 37,843 KB/Sec

Mirror [#1]: Gaspard, entre terre et ciel.pdf - 29,754 KB/Sec

Mirror [#2]: Gaspard, entre terre et ciel.pdf - 35,781 KB/Sec

Benoit Clermont avec Gaspard, entre terre et ciel

« Normalement, dans la vie, les parents ne voient pas leur enfant mourir. Ce n'est pas dans l'ordre des choses, et la raison en est simple : c'est infiniment trop dur à supporter. Pourtant, Gaspard nous a appris à aimer mieux, à se donner plus. Avec lui, c'était somme toute assez simple. Il ne demandait qu'une seule chose : être cajolé, dorloté, caressé, bercé, câliné, embrassé, enlacé. Bref, aimé ! Cette capacité à aimer, nous la possédons tous. Chacun d'entre nous. » Marie-Axelle et Benoit, parents de Gaspard, diagnostiqué à l'âge de 13 mois d'une maladie neurodégénérative, livrent ici la façon dont sa maladie et sa disparition ont radicalement changé leur vie. Une leçon d'humanité.

Livres connexes

« Normalement, dans la vie, les parents ne voient pas leur enfant mourir. Ce n'est pas dans l'ordre des choses, et la raison en est simple : c'est infiniment trop dur à supporter. Pourtant, Gaspard nous a appris à aimer mieux, à se donner plus. Avec lui, c'était somme toute assez simple. Il ne demandait qu'une seule chose : être cajolé, dorloté, caressé, bercé, câliné, embrassé, enlacé. Bref, aimé ! Cette capacité à aimer, nous la possédons tous. Chacun d'entre nous. » Marie-Axelle et Benoit, parents de Gaspard, diagnostiqué à l'âge de 13 mois d'une maladie neurodégénérative, livrent ici la façon dont sa maladie et sa disparition ont radicalement changé leur vie. Une leçon d'humanité.« Normalement, dans la vie, les parents ne voient pas leur enfant mourir. Ce n'est pas dans l'ordre des choses, et la raison en est simple : c'est infiniment trop dur à supporter. Pourtant, Gaspard nous a appris à aimer mieux, à se donner plus. Avec lui, c'était somme toute assez simple. Il ne demandait qu'une seule chose : être cajolé, dorloté, caressé, bercé, câliné, embrassé, enlacé. Bref, aimé ! Cette capacité à aimer, nous la possédons tous. Chacun d'entre nous. » Marie-Axelle et Benoit, parents de Gaspard, diagnostiqué à l'âge de 13 mois d'une maladie neurodégénérative, livrent ici la façon dont sa maladie et sa disparition ont radicalement changé leur vie. Une leçon d'humanité.